« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister » Deleuze

firefox

Au terme d’une longue collaboration artistique avec les troupes emblématiques du « nouveau cirque » telles que le Cirque Plume, Archaos, les Arts-Sauts et les Colporteurs, Sophie Kantorowicz et Xavier Martin ont décidé de « sauter le pas » en créant leur propre compagnie en avril 2005.
Apportant leur savoir-faire aérien et circassien, ils travaillent sur plusieurs pièces du metteur en scène italien Giorgio Barberio Corsetti. Cinq créations voient le jour : « Metamorfosi », « Animali Uomine i Dei », « Argonauti », « Il colore bianco », « Dionisos nato tre volte »
Ils créent et exploitent une petite forme de spectacle de rue : « Greta et Gudulf ».

En 2006, touchés par les textes et le personnage dʼAlbertine Sarrazin, ils décident de la ressusciter le temps d’un spectacle.
Leur recherche artistique s’intensifie, sous la forme de métaphores visuelles se dégage un langage poétique et acrobatique dont l’émotion est traduite par le corps en mouvement.
Pour ce faire, ils s’entourent d’Isabelle Caubère à la mise en scène, de Cissou Winling aux costumes et de Jef Perreau pour la scénographie, de Wilfried Schick pour les lumières sans oublier Théophile Vialy à la création sonore et musicale.

En 2012 ils sont rejoints par Sam Lopez puis Sybille Gatt. L’équipe ainsi constituée, complice au niveau artistique, s’empare des rêves non-réalisés, de tous les petits renoncements comme source d’inspiration pour leur imaginaire. Pour les faire revivre, ils créent le « Capharnaüm Forain », lieu de tous les possibles…

De nombreux projets sont ainsi développés en collaboration avec d’autres structures ou uniquement au sein de Dare d'Art. La compagnie, sensible aux frottements entre les arts, se situe à la frontière entre langage corporel et jeu d’acteur physique.